Back

2017_PDV_grippe

L' épidémie de grippe

L' épidémie de grippe

13 janv. 2017
L' épidémie de grippe

L' épidémie de grippe pose trois questions : le défaut de couverture vaccinale, la défaillance de la médecine libérale et la fragilisation de l'hôpital public.

« Le bilan de l'épidémie sera probablement lourd » a déclaré le 11 janvier 2017 la ministre de la santé. Déjà pendant l'hiver 2014-2015  on avait dénombré 18 300 décès supplémentaires dus à un épisode grippal violent. Une fois de plus on peut mesurer l'importance de la prévention : la vaccination est la meilleure des protections, même si elle ne garantit jamais une immunité totale face à un virus qui mute régulièrement.

Se faire vacciner, c'est se protéger et protéger les autres. En ce sens c'est un acte de solidarité. Cela vaut pour chacun d'entre nous et à fortiori pour les professionnels de santé. Comment comprendre que plus de la moitié d'entre eux ne soient pas vaccinés alors même qu'ils peuvent être en contact avec les personnes âgées, qui sont fragiles et dont le système immunitaire devient déficient ?

Les deux autres questions concernent la prise en charge médicale des malades. La plupart ne devraient pas franchir la porte des urgences hospitalières si la médecine de ville était mieux organisée. Mais aucun gouvernement n'a réellement voulu à ce jour s'attaquer aux sacro-saints principes de la médecine libérale, ni au corporatisme des syndicats médicaux. Ceux-ci ont par exemple longtemps refusé que les pharmaciens soient autorisés à vacciner contre la grippe. Et ils ne peuvent aujourd'hui commencer à le faire qu'à titre expérimental ! Enfin l'hôpital public est victime de coupes budgétaires et on voit les conséquences aujourd'hui de la suppression de 16 000 lits entre 2015 et 2017.